Bien chez moi

Mes lectures

Pari(on)s sur le vert

Moi

Top
  >  Anti Paris Syndrome   >  Mon Paris Zéro Déchet – Bonne résolution 2020
paris je t'aime quand même zéro déchet

Bonne année 2020 à toi, cher lecteur ! Que cette nouvelle année t’apporte TOUT CE QUE TU SOUHAITES ! De mon côté, j’aimerais que le blog décolle cette année 🙂 mais aussi, j’aimerais bien ne pas vivre la fin du monde. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais ce qu’il se passe en Australie, cela me brise le coeur.

Que faire à part donner de l’argent ? On peut tricoter des poches pour abriter les petits kangourous orphelins ou fabriquer des nichoirs pour les oiseaux impactés. Mais si on n’a pas ce talent manuel, ni des millions pour aider le monde, on fait quoi ?

On n’a pas 36 solutions mon p’tit pote, j’ai bien réfléchi, j’ai tourné et retourné la situation dans ma tête et la réponse est claire : il faut arrêter de vivre comme si on avait 10 planètes à détruire !

Il faut se diriger vers le zéro déchet

Doucement mais surement. Tout le monde connait le principe aujourd’hui. Le Zéro déchet, c’est cette hygiène de vie qui consiste à réduire ses déchets au strict minimum pour limiter notre impact sur l’environnement.

Mon déclic

J’ai commencé à m’y intéresser très sérieusement en avril 2018 suite à une prise de conscience qui, au départ, n’avait rien à voir avec la planète. En gros, je rangeais les courses dans la cuisine et, en regardant le paquet de pâtes, je suis tombée sur cette célèbre ritournelle marketing : « suggestion de présentation » et ça m’a trop souléééééée ! Je regardais ces pâtes bolognaise parfaites et improbables sur la photo de la boîte et … le déclic : je refuse que des emballages et des marques me polluent mon espace visuel.

A ce moment là, j’ai investi : j’ai acheté des bocaux chez Hema pour une trentaine d’euros, et j’ai commencé à y transvaser les pâtes, le riz, les fruits secs, les biscottes … J’ai fait ça pendant une dizaine de jours et là, j’ai vu la masse de boîtes en carton et en plastique. Rends-toi compte ! Un paquet de cookies, c’est une boite en carton, dans laquelle il y a un sac plastique, dans lequel il y a un autre truc en plastique qui maintient les cookies entre eux. Une fois désossé, ton paquet de cookies, il fait trois fois sa taille d’origine ! J’ai dit stop et je suis allée chercher du côté du vrac.

Paris je t'aime quand même zéro déchet
Ceci n’est pas une photo d’illustration, c’est la vraie photo prise en avril 2018, que JE DEVAIS envoyer à mon mari pour lui dire « vas-y c’est horrible, faut limiter les emballages là »
Tout ou rien !

De fil en aiguille, je me suis renseignée et en 2 mois, j’avais tout changé ! J’ai donc commencé par les courses en vrac au Bio c’Bon en bas de chez moi. Bien entendu, pour être au top, faut avoir ses propres pochons lavables pour les remplir avec la p’tite pelle. Alors, j’ai fouillé les placards et j’ai retrouvé les pochons offerts avec certaines marques de produits de beauté. PAR-FAIT !

paris je t'aime quand même zéro déchet
My little Box, Oh My Cream, Sephora … Que des petits pochons qui prenaient la poussière en attendant de resservir 🙂

Puis, j’ai encore investi : une gourde pour remplacer les petites bouteilles d’Evian, et des pailles en inox parce que, tu le sais, je passe ma vie en terrasse de café donc les pailles, ça y va ! Petit problème : les pailles en inox, tu les sors de ton sac, tu les trempes dans ton coca, et, à moins d’avoir le super pouvoir du souffle surpuissant, quand tu les remets dans ton sac, elles collent et y a quelques gouttes qui coulent en toute dégueulassitude sur tes affaires. Hmmm, miam miam miam.

Alors, j’ai ressorti la machine à coudre et je leur ai fait une chaussette ! Ouuuiii ! Une p’tite chaussette toute mignonneuh ! ET BAAAM, je suis tombée dedans ! DIY, DIY, DIY !

En l’espace d’un ou deux mois, je suis passée au vrac, j’ai créé des pochons avec du tissu de récup, j’ai remplacé plein de trucs jetables par du réutilisable et j’ai même fabriqué mes propres produits d’entretien (j’avais bien dit que je finirais sorcière hein !)

Et puis, patatra

En fait, le Zéro déchet c’est une organisation de tous les jours. Déjà, si ton mari est responsable des courses et qu’il a la flemme : tu oublies le vrac (Sorry Baybee, mais avoue !). Ensuite, la plupart des Parisiens, il sortent du métro, ils vont faire leurs courses directement puis ils rentrent, ils rangent, ils se posent. Quand tu achètes en vrac, y a quand même peu de chance de se balader dès le matin avec caddie, pochons, tupperwares et bouteilles vides, en attendant le soir. Donc tu rentres chercher ton matériel après être sorti du boulot, tu voies le canapé, et … t’y restes. Allo resto ? Ahahah, bah ouais …

Puis, les vacances arrivent, les bonne habitudes sont remplacées par la facilité, la valise ne peut pas contenir les 8 tupperwares en verre, les torchons, les serviettes en tissu, tout ça, tout ça …

Bref, j’ai pas tenu. Non, c’est faux : J’ai pas TOUT tenu, mais j’ai tenu sur plusieurs trucs. ET JE PEUX ÊTRE FIÈRE !

Mes adresses à Paris

Petite parenthèse pour te dire où j’ai trouvé tout ça, tous mes ingrédients, tous mes produits de première nécessité. Les gens adeptes du zéro déchet tentent aussi par tous les moyens d’éviter les achats par internet. Donc on se bouge, on va dans de vrais magasins avec de vrais Parisiens (c’est dur, je sais), on achète le plus local possible !

Pour acheter en vrac
  • Les chaînes de supermarché tentent de développer des rayons vrac avec pas mal de fruits secs. Certains ont aussi remplacé les sachets plastiques pour mettre les légumes, par des sachets compostables. Je pense notamment à Carrefour et Monoprix.
  • Naturalia et Bio C Bon qui proposent tout ce qui est sec : pâtes, riz, lentilles, pois chiches, sucre, mais aussi thé, herbes, biscuits, céréales. L’offre est pas mal, mais petit frein cependant : impossible de faire la tare, c’est à dire, soustraire le poids de son pochon de l’addition finale. Donc au choix : on paie et re-paie et re-re-re-re-paie son propre pochon. OU, on se prend un peu la tête comme moi, hihi : Je pèse mes produits dans le sac en papier léger fourni par le magasin et je transvase dans mon pochon plus lourd. J’essaie de garder le sac en papier le plus longtemps possible. Jusqu’au jour où il explose quand tu pèses du sucre, t’en fous partout, tu te tapes la honte devant tout le monde. Ne me demande plus pourquoi je porte mes lunettes de soleil même la nuit : c’est pour me draper dans ce qu’il reste de ma dignité.
  • Le chouchou de tous et le mien : La boutique Kilogramme, rue de Meaux, dans le 19ème arrondissement, métro Colonel Fabien. Là, ils font la tare, là, ils conseillent, là, ils sont beaux et gentils, là, y a du ultra local. Bref, c’est génial. Petit bémol, mais c’est pas leur faute : ça fonctionne tellement bien que y a toujours un monde de dingue. Mais faut y aller, leur offre est ultra complète (fruits et légumes de saison, huiles, fromages, épicerie, gourmandises, entretien, outils, cosmétiques, et des serviettes hygiéniques lavables) et ils organisent même des ateliers pour créer ses produits soi-même.
Pour acheter du matériel
  • Kilogramme, encore, toujours. Autre bémol : ils prennent la carte bleue. Comment ça, c’est pas un bémol ? Hin, hin, hin, crois-moi mon p’tit pote, elle est ouf cette boutique.
  • Altermundi, y en a plusieurs dans Paris et tout ce qui y est vendu est conçu de manière éthique et responsable : des gourdes, des lunchboxes, des pailles en inox, des bee-wraps, des vêtements, et puis c’est beau.
  • Hema : pas le plus éthique et responsable mais niveau bocaux, j’ai pas trouvé mieux et à un meilleur prix (environ 4 euros le bocal à conserve de plus d’1 litre, avec l’élastique orange, là)

Ce que j’ai testé, gardé, jeté

J’ai donc pas réussi à tout tenir mais j’ai gardé quelques trucs qui, selon moi, réduisent vraiment mon impact sur l’environnement et je fréquente vraiment les enseignes citées au-dessus. Alors on va rendre ça sympa, et pour être la plus transparente possible, je liste TOUT et tu constateras par toi-même :

Dans l’immeuble
  • Compost : Grâce à la mairie de Paris, on a une poubelle à compost dans l’immeuble. On tient bien ! Le procédé a été mis en test dans le 4ème et le 12ème arrondissement pendant deux ans. Désormais, il s’étend au 19ème où j’habite.
  • Les étiquettes « Stop pub » sur les boîtes aux lettres : Je me suis embêtée à en faire pour tous mes voisins et je les ai accrochés dans le hall d’entrée de l’immeuble avec un petit mot pour les encourager à le coller eux-même. Première grosse victoire dans ma lutte à plus grosse échelle que la mienne : Tout le monde a suivi le mouvement ! Et… ça a marché ! Plus de pubs dans nos boîtes ! J’en reviens toujours pas ! Tu peux trouver ton kit perso ou ton kit pour l’immeuble sur le site du Ministère de la Transition écologique et solidaire.
Dans la cuisine
  • Ménage au vinaigre et savon de marseille
  • Utilisation des tawashi. Tawa-quoi ? TA-WA-SHI ! Tu offres une seconde vie aux chaussettes orphelines dont la jumelle a été kidnappée par le lutin de la machine à laver. Et tu les transformes en éponge lavable ! J’en ai deux dans la cuisine et une dans la salle de bain !
  • Nourriture sans emballage non, bah, non. Légumes, fruits ok. Parfois encore, j’achète en vrac, le riz, les pâtes, mais on n’a malheureusement pas forcément le temps (et l’énergie) tout le temps. Mais on trie bien !
  • Produit lave vaisselle : OUI ! Je tiens ! Je m’embêtais à faire des pastilles, maintenant je mélange juste les poudres dans un bocal et j’ai une petite pelle pour remplir le réservoir de la machine : ça marche parfaitement bien ! (1 dose de bicarbonate de soude, 1 dose de sel fin, 1 dose de cristaux de soude, 1 dose d’acide citrique)
  • Serviettes de table en tissu
  • Sopalin lavable : Grande nouveauté de Noël 2019 grâce à la mère de mon mari qui nous les a cousus ! Bah, écoute, on n’a toujours pas racheté de sopalin !
  • Caddie de course et sacs réutilisables : mille fois plus pratique que les pauvres mini-sacs en plastiques qu’on avait avant ! Rappelle-toi, ils craquaient ces fichus sacs en plastique !
Dans la salle de bain
  • Shampooing solide : pas tenu, on en a testé plusieurs, y en avait un bien chez Lush, mais il fondait dans la baignoire, c’était assez dégueu.
  • Dentifrice solide ou en poudre : testé et malheureusement pas approuvé.
  • Brosse à dents compostable : même pas testée, j’avoue ! J’ai une brosse à dents électrique qui fonctionne parfaitement depuis … 6 ans ! Ce serait créer un déchet stupide que de la jeter alors qu’elle fonctionne très bien ! Par contre, oui, je prendrai surement une brosse à dents compostable quand l’électrique ne marchera plus.
  • Déodorant solide : adopté !
  • Démaquillage sans coton : les doigts pour masser la peau, y a rien de mieux. D’ailleurs, 31 ans, pas une ride : coïncidence ? Je ne crois pas !
  • Savon de Marseille SURGRAS pour se laver : très facile à adopter ici !
  • Lessive : OUI, 10 000 fois OUI ! Du coup, voici ma recette, teste-la, divulgue-la, je la kiffe, je n’ai pas racheté de lessive une seule fois depuis que je la fais. Elle est comme dans le commerce mais avec des produits 100% naturels et le bidon me coûte seulement … tiens-toi bien … 1,80€ ! Pour deux mois ! Pas totalement zéro déchet mais on peut trouver la plupart des ingrédients en vrac. C’est meilleur pour la planète et le porte-monnaie !

Temps nécessaire : 10 heures.

Il te faut :
un bidon de lessive vide et propre (tout est calculé selon le mien qui fait 1,75L, c’est le Monoprix Vert),
un blender (ou un mixeur à soupe),
une cocotte ou un fait-tout,
une cuiller en bois,
Un entonnoir,
Une balance

Ingrédients :
1,3L d’eau
82,5g de savon de marseille en copeaux
112,5g de bicarbonate de soude
112,5g de cristaux de soude
20-30 gouttes d’huile essentielle (pas obligé du tout, surtout si tu es allergique hein !)

  1. Faire chauffer l’eau dans la cocotte.

    En gros, quand ça commence à frémir, tu arrêtes le feu.

  2. Ajouter le savon de marseille dans l’eau très chaude

    Et mélanger jusqu’a ce que tous les copeaux aient fondu. C’est rapide.

  3. Ajouter SUPER DOUCEMENT le bicarbonate de soude

    C’est un peu long mais nécessaire. Je le fais à la cuiller et je saupoudre délicatement le premier mélange. Si tu veux aller trop vite, libre à toi, mais ça donnera … ça !! Te voilà prévenu ! (Oui, j’ai pris une photo, le pire était passé donc bon, mieux vaut en rire !)
    Paris je t'aime quand même zéro déchet

  4. Laisser complètement refroidir le mélange obtenu.

    Tu vas voir, c’est rigolo, en refroidissant, ça se fige et ça fait une « croute » de savon à la surface ! Faut compter plusieurs heures. J’ai mis 10 mais en vrai, au bout de 4, on est déjà bien.

  5. Ajouter les cristaux de soude.

    DOUCEMENT encore une fois, et EN AÉRANT BIEN. Les cristaux de soude, c’est pas anodin, moi ça me fait tourner la tête, alors tout doux !

  6. Mixer le tout

    J’utilise mon blender à soupe. Toi, tu fais ce que tu veux.

  7. Ajouter les huiles essentielles si souhaité, et re-mixer

    La lavande est une valeur sûre. Attention, il ne faut pas en mettre si tu comptes utiliser cette lessive pour les vêtements de tes enfants (ou ceux des autres, non, on ne tue pas les enfants des autres, pas bien!)

  8. Transvaser dans le bidon avec l’entonnoir, et … VOILA !

    La lessive finira par se figer. Il faut la secouer avant chaque utilisation, c’est un coup à prendre 🙂Paris je taime quand même zéro déchet

Si tu veux te faire coacher au quotidien et aller plus loin

La papesse du Zéro Déchet, celle dont tout le monde a parlé et parle encore c’est Bea Johnson, tu peux acheter son livre ici. Elle, elle parvient à tout faire en zéro déchet et à la fin de l’année, ses déchets non compostables, non recyclables tiennent dans un mini bocal. Et c’est genre, un ticket de caisse qui contient des produits chimiques donc non recyclable (chez elle tout du moins) et la pile bouton de la montre qu’elle s’est offert quand elle avait 12 ans. Tu vois le genre… Donc c’est extrême mais intéressant !

Plus simple et plus ludique, tu peux suivre sur Facebook la page « Ça commence par moi » et le site correspondant. Le fondateur du mouvement, Julien Vidal, a lui aussi écrit un livre mais dispense ses excellents conseils chaque jour sur sa page. Facile à suivre et à mettre en place, au bout de 365 jours, ça doit bien donner quelque chose non ?

▶︎▶︎ AUJOURD'HUI J'AGIS ◀︎◀︎✅12/365 : Je me désabonne des spamsPour en savoir plus : https://cacommenceparmoi.org/action/je-me-desabonne-des-spams/

Publiée par Ca Commence Par Moi sur Samedi 11 janvier 2020

Penses-y pour l’année 2020 et pour toutes les suivantes.

Qui ne tente rien n’a rien, hein ? A qui cela peut-il porter préjudice de tenter le Zéro déchet ? Personne pas vrai ? Si tu aimes les challenges, changer le quotidien, et accessoirement la planète (qui je te le rappelle, est la seule dans l’univers à avoir du chocolat, hein, c’est trèèès important le chocolat), alors essaye ! Voici un ensemble de mes réalisations pour t’inspirer 🙂

Cette année 2020 DOIT ABSOLUMENT être la meilleure de toutes. Pourquoi ? Parce que je l’ai décidé 🙂

Bonne année à toi mon lecteur à paillettes ! Ne fais pas de bêtises, ou alors raconte moi après !

Cet article contient des liens affiliés, pour en savoir plus, cliquer ici.

Si tu veux encore un peu de lecture, voici les 5 derniers articles publiés sur le blog ! Partage les sur tes réseaux pour les faire connaitre ! 🙂

Partage ce contenu !

Comments:

  • KS

    15 janvier 2020

    Testée, la brosse à dents compostable en bambou… et approuvée. Je n’acheterai plus que ça!
    Bonne année 2020 zéro déchets !

    reply...
  • Mado

    14 janvier 2020

    Bravo pour ces bonnes resolutions ! A Barcelone j’ai la chance que le vrac soit beaucoup plus repandu ( un magasin de produits nettoyage et cometiques dans ma rue et un de farines, graines et epicerie a 150m) donc j’avoue que c’est plus facile. Ce qui manque : qu’ils organisent un systeme de consigne des pochons pour que tu n’aies pas besoin de repasser par chez toi…

    reply...

post a comment