Bien chez moi

Mes lectures

Pari(on)s sur le vert

Moi

Top
  >  Culture et Patrimoine   >  Exposition : Pierre <3 Gilles - La Fabrique des Idoles

Aujourd’hui, j’ai pris une claque. Je suis allée voir l’exposition de Pierre et Gilles à la Philharmonie de Paris. C’était pas prévu et c’est ce qui, de prime abord, m’a plu : je fais un truc spontané, j’ai envie, j’y vais, pas le temps de réfléchir et BAM ! La Claque. Oui, je lui mets une majuscule à cette Claque, elle mérite bien ça !

(Rapidement, je te préviens, je t’ai fait un album de photos tout en bas de l’article, donc panique pas si y en n’a pas beaucoup dans le texte, c’est normal, c’est pour simuler l’effet d’accumulation qu’on retrouve dans l’expo. Oui, ceci est presque un article immersif, parfaitement !)

L’exposition en quelques mots

Pierre et Gilles, c’est un couple d’artistes qui, depuis les années 70, s’aiment et travaillent ensemble en utilisant le talent de chacun : la photographie pour Pierre et la peinture pour Gilles. Leur travail est systématiquement salué par la critique parce que ça pétille et ça clashe en même temps : des paillettes sur la Vierge Marie, j’te laisse imaginer le délire ! Surtout quand la Vierge Marie c’est Lio ! Mais quelle classe …

L’exposition se tient à la Philharmonie de Paris depuis le 22 novembre et se terminera le 23 février 2020. Organisée en trois parties : La Fête, les icones de la Chrétienté et de la Mythologie, et Le Rêve et le Cauchemar, on en prend plein les mirettes et aussi … plein les oreilles ! En même temps, quoi de plus logique à la Philharmonie qui accueille aussi le musée de la musique ?

Plus qu’une exposition, c’est une installation dont nous faisons l’expérience.

Quand on arrive devant l’entrée, les agents du musée nous tendent un gros casque audio avec un petit appareil qui y est relié. Moi, la guide, j’vois ça, je pense que c’est un audioguide, le truc chiant qui te raconte un truc sur un ton monocorde et en plus il a le toupet de ne pas répondre à tes questions le truc ! Bref, y a rien de mieux qu’un guide-conférencier pour expliquer une exposition … #autopromotion

Sauf que non, c’est pas un audioguide. Enfin, techniquement, si, c’en est un. Mais là, il ne diffuse QUE DE LA MUSIQUE ! Et pas n’importe laquelle : ce sont les artistes qui ont choisi une chanson à associer à chaque œuvre. Sous chaque tableau, il y a le numéro à taper sur la mini-machine. Ambiance Juke-box garantie ! (Si tu veux te préparer clique ici, la Philharmonie a mis en ligne, via SoundsGood, la playlist de l’expo)

Alors, équipée de mon gros casque, comme une gamine à Noël, j’ai regardé partout autour de moi et … j’ai repéré Lio ! Vas y, c’est quoi son numéro à Lio ? 0…1….3…. Et dans le casque, bien fort, commence « Les Brunes comptent pas pour des prunes » ! Petit déhanché discret sous mon gros manteau, jusqu’à ce que je remarque que y a plein de gens avec des petits déhanchés discrets et d’autres pas si discrets d’ailleurs ! Normal, la première partie de l’exposition, c’est La Fête. Pierre et Gilles se sont rencontrés en 1976 à l’occasion d’une fête. Il en faut pas beaucoup plus que mon petit cœur mou fonde d’amour !

La scénographie m’enchante

Je suis super accro aux scénographies des musées et des expositions. Si je n’avais pas été guide-conférencière, j’aurais certainement essayé de devenir scénographe.

#3615malife

A la fac, j’avais dû présenter à l’oral le compte-rendu de l’exposition sur la Sainte Anne de Vinci au Louvre. J’avais eu 18, en insistant sur les problèmes de scénographie comme les cartels qui étaient au sol. Non mais quelle idée bien pourrie … De 1, si tu es myope (comme Bibi), tu dois te pencher pour lire. Donc tu te penches en avant et tu prends le risque de te faire taper dans le c** (nan, mais c’est vrai !), voir de tomber. De 2, Y A 1 000 VISITEURS EN MÊME TEMPS DANS LES EXPOS DU LOUVRE ! Qui est le branquignole qui s’est dit : « Tiens, vas-y, on met les cartels au sol, ce sera marrant de les voir se rentrer dedans et faire des bouchons géants dans des salles minuscules. Niark niark niark« . Non mais sérieux !!

Pierre et Gilles, engagés dans leur expo

Bon, en tout cas, rassure-toi, pour Pierre et Gilles, tu n’as pas ce problème. D’ailleurs, tu n’as aucun problème : organisation nickel, agencement des œuvres nickel, cartels au top, circulation fluide. Ce doit être parce que les artistes ont participé à la mise en scène de leurs pièces : They know, you know. Ou alors, le commissaire de l’exposition et la scénographe sont bons ? Fort probable en fait. Je ne me plains que des expositions du Louvre et parfois, de celles du Grand Palais. Hin, hin, hin !

Tout ça pour dire que : WOOUUAH que c’est beau et bien faaaiiiit. Pour ceux qui me connaissent : tu prends les tableaux de Pierre et Gilles, tu les mets dans mon cerveau de licorne un brin irrévérencieuse, et PAF ça fait des chocapics ça donne La Fabrique des idoles.

Les murs sont parfois recouverts de paillettes. La première fois que j’avais vu ce procédé dans une exposition, c’était au Grand Palais, l’exposition The Wall sur Michael Jackson (j’avais adoré bien entendu). J’ai adoré les paillettes bleues sur les murs de l’espace dédié à Sylvie Vartan. Elles font magnifiquement ressortir les œuvres. Le dernier espace, le Rêve et le Cauchemar, tout de rouge vêtu, paillettes d’un côté, rideaux de l’autre, est juste sublime. Il y a des banquettes rondes et rouges au milieu de chaque salle de cet espace pour s’installer et écouter du Marylin Manson peinard (ou du Nina Hagen, comme tu veux).

Des œuvres déjà célèbres et d’autres inédites

Je vais pas te faire toute la visite, ce serait dommage que tu n’aies rien à découvrir quand tu iras voir l’Exposition Pierre et Gilles. Parce que tu iras, j’te dis ! C’est bon pour ton moral de Parisien et pour mettre des paillettes dans ta vie Kevin ! Mais voici quelques repères pour mieux comprendre cette exposition joyeuse et décalée :

Seulement des artistes de la scène musicale

Bah oui ! Nous sommes à la Philharmonie que diable ! En conséquence, dans cette exposition il n’y a que des tableaux qui représentent des chanteurs et des musiciens. On a tous remarqué Stromae sur l’affiche de l’exposition ! Mais il y a aussi Lio (BIEN ENTENDU !), Juliette Greco, Gainsbourg, Marie France, Michael Jackson, Sheila, Iggy Pop, Mick Jagger, Kylie Minogue, Madonna, Marylin Manson et Dita Von Teese, Conchita Wurst, Nina Hagen (entre autres !). Bref, que du beau monde mu-si-cal ! Exit, les acteurs et les autres grands des autres mondes 🙂

Vocabulaire chrétien et mythologique

Pierre et Gilles sont connus et reconnus en partie pour cette raison : ils réinterprètent les icônes chrétiennes et mythologiques en utilisant l’image de NOS icônes. Donc, moui, moui, je te l’accorde : Lio, Sheila, Gainsbourg etc… Plus trop d’actualité les gars, mais ils sont devenus … mythiques ! Stromae ? Mythique ! Michael Jackson ? Mythique ! Aaah, tu vois ?! Tu commences à comprendre. Le truc qui est dingue et génial, c’est l’association des deux icônes : Lio en Madone par exemple, c’est esthétiquement très réussi et en même temps très rigolo. La pureté de la Vierge associée à la chanteuse fo-folle : hooouuu, ça clashe !

Le mélange peut être aussi ultra émouvant. Dans le cas de Forever avec Stromae, l’œuvre avait fait le buzz en 2014 quand elle est apparue en Une du magazine Numéro. Pourquoi ? Parce qu’elle est magnifique, mais aussi parce qu’elle fait appel à des schémas symboliques inconscients que nous sommes nombreux à avoir intégré au cours de notre existence. Le portrait est conçu comme un portrait religieux, le chanteur se tient au centre, les mains jointes sur un coeur de roses. Il est auréolé de lumière et porte une chemise à l’effigie de la chanteuse Cesaria Evora. C’est Stromae lui-même qui a souhaité porter cette chemise en particulier. Les larmes qui roulent sous ses yeux démontrent la dévotion, qu’elle soit religieuse ou dédiée à une star. Bref. C’EST BEAU P*T**N !

Pierre et Gilles Paris je taime quand même
Pierre et Gilles – Forever (Stromae), 2014
Des oeuvres In situ

Plusieurs œuvres ont été réalisées exprès pour l’exposition de la Philharmonie. C’est le cas de la Chambre Sylvie, une vraie chambre avec un vrai lit et surtout plein d’objets d’adoration sur Sylvie Vartan. Cette œuvre est une chambre fictive bien évidemment ! Remplie d’objets et de souvenirs en tout genre, c’est le sanctuaire du fan averti. Petite touche rigolote en plus : tu vois sur la photo le poste radio sur le lit ? Il diffuse une chanson de Sylvie Vartan, « Au Paradis de Pierre et Gilles », enregistrée pour l’exposition. Par contre, pour l’entendre, faut enlever ton casque 🙂

Le catalogue

Je n’achète pas tous les catalogues de toutes les expositions que je visite. Encore heureux ! Des fois, ils sont incompréhensibles. D’autres fois, ils coutent le même prix qu’un studio à Paris. Là, il coûte 37 euros, ça va, et surtout IL EST SUBLIME.

Pierre et Gilles et Gus Paris je taime quand même

Lio, la Madone au Coeur blessé, en couverture sur fond rouge, et le titre et la tranche sont dorés ! Il est tout petit et dedans c’est écrit comme dans un vieux livre. En gros, c’est une BIBLE ! C’est trop fort. Il me le fallait absolument ce « petit » catalogue. Toutes les œuvres de l’exposition et leurs cartels y sont référencés. Les photos sont d’excellente qualité et on se rappelle en les regardant qu’elles fonctionnent très bien seules. Mais, dans l’expo, haan, c’est encore autre chose, il y a une autre émotion qui s’invite. L’œuvre dans son écrin de paillettes se découvre une nouvelle motivation à nous éblouir et nous ravir.

(Tu as vu, sur la photo, il y a Gus’ la petite Mascotte de Paris je t’aime (quand même !) )

J’ESPERE QUE TU AS COMPRIS QUE J’AVAIS KIFFé CETTE EXPO !!!

Rappelle-toi, elle est là jusqu’au 23 février, tu as le temps, mais pas trop non plus ! Dernier truc rigolo : comme toute exposition, il y a des visiteurs qui peuvent entrer gratuitement. Moi par exemple, grâce à ma carte de guide, niark niark ! Sur cette exposition, entrent aussi gratuitement « Les Pierre et Gilles venant ensemble à deux (sur présentation de leur pièce d’identité)« . Donc Pierre, si tu me lis, trouve-toi un Jules Gilles, ça peut rester platonique bien entendu, et viens voir cette expo !

Je te laisse avec la galerie des photos que j’ai prises pendant cette jolie visite, parfaite pour déconnecter un peu de Paris gris ! Commente et partage, en particulier auprès de tes Pierre et de tes Gilles !

Une image vaut mille mots : Galerie

  • Pierre et Gilles - La fête - Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles - La Fête Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles - La Fête Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Un soir dautomne Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles La Voyante Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Lautel de la musique Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Le rêve et le cauchemar Paris je taime quand même
  • Pierre et Gilles Crazy Love Paris je t'aime quand même
  • Pierre et Gilles Nina Hagen Paris je taime quand même
Partage ce contenu !

Comments:

  • 2 février 2020

    Je ne l’avais pas retenu dans mon marathon parisien de Novembre, après moults hésitations… Tu me fais regretter !

    reply...
  • mado

    25 novembre 2019

    Ça donne envie !

    reply...

post a comment