Bien chez moi

Mes lectures

Pari(on)s sur le vert

Moi

Top
  >  Anti Paris Syndrome   >  Caroline Vermalle – Le Coeur de Paris

Le Coeur de Paris "Mais ou est il ? Je ne sais pas."

Caroline Vermalle

Caroline Vermalle – Le Coeur de Paris. Aaaah, ce livre … Comment ça je ne parle QUE de ce livre ? Hein ? HEIN ? HEEEIIN ? Bah écoute j’aime bien faire les choses jusqu’au bout. Donc une présentation en bonne et due forme du livre qui m’a menée à créer ce blog n’est pas une formalité ! (J’avoue, j’en ai parlé ici et . J’arrêterai quand je serai certaine que TOUT LE MONDE l’a lu. Na !)

Autrice : Caroline Vermalle

Titre : Le Cœur de Paris (Un Paris peut en cacher un autre)

272 pages

Prix Kindle : 4,99€

Prix Imprimé : 19,99€

⭐ ⭐ ⭐ ⭐ ⭐

ACHETE-LE ICI

Voici le synopsis donné par Amazon, le synopsis qui m’a fait cliquer sur achat compulsif « acheter » :

Elle a trois jours pour transformer Paris.
Il a trois jours pour gagner son cœur.

Saviez-vous qu’en mettant de la joie dans notre capitale, un brin d’audace, beaucoup d’amitié, juste ce qu’il faut de tristesse et l’amour qu’on n’avait pas vu venir, vous pouvez découvrir… le cœur de Paris ?

Suivez Guillaume et Edwige, leur bande de copains et un teckel en marinière pour une virée parisienne pas comme les autres, et plongez-vous dans ce roman feelgood qui vous laissera le cœur léger et le sourire aux lèvres.

@Amazon.fr

Pourquoi je l’ai acheté

« Mettre de la joie dans notre capitale » (oh j’aimerais bien !), « Guillaume » (marrant c’est le nom de mon chéri), « marinière » (j’adore les marinières, qu’est-ce que j’ai fait de la mienne d’ailleurs?), « feelgood » (et beh, ça peut pas me faire de mal va !), et le titre : Ce livre était écrit pour moi ! Je l’ai acheté puis j’ai lu ce que j’avais déjà prévu de lire. A savoir : pas lui. Jusqu’au jour où…

J’avais déjà lu la trilogie Sixtine de la même autrice qui avait tout pour me plaire et que j’ai dévorée : mystères, Histoire, ésotérisme, personnages forts. Donc, quand j’ai terminé, Kindle m’a proposé Le Coeur de Paris et je l’ai acheté immédiatement. Problème : J’étais en vacances, LOIN de paris, et je n’avais pas du tout envie d’en entendre parler. Puis finalement, le mal du pays m’a gagnée et je me suis lancée. Et dès les premières pages, WOUAOUH !

La première chose que j’ai adorée : ça se passe dans mon quartier !

Et ça, c’était pas indiqué avant l’achat ! Dès le premier chapitre « Où l’on rencontre notre héros », l’autrice dépeint le quartier de Belleville avec des mots si justes que j’étais dans mon lit, à plein ventre, comme une ado qui lit le dernier article sur son chanteur préféré dans Star Club. Je n’habite pas exactement à Belleville, je suis plutôt du côté de la mairie du XIXème arrondissement. Mais aujourd’hui, de toute manière, un vrai parisien, il connait Belleville ! Et Madame Vermalle le dit si bien : « Si Paris est une grande dame, Belleville est la lavandière gouailleuse qui dans un gros rire claque les fesses aux nerfs fragiles« . (OMG, Ich bin eine berliner bellevilloise !)

La deuxième chose que j’ai adorée : l’écriture !

Dans les avis amazon, il y a des lecteurs qui ont mal noté ce livre à cause de la façon dont il est écrit. J’ai pas du tout compris parce que j’ai vraiment adoré cet aspect. Les phrases sont courtes, parfaitement formées, 0 masturbation intellectuelle (je hais les écrits qui respirent la masturbation intellectuelle) et y a un ton ! Je ne sais pas comment l’expliquer ! C’est comme écouter un parisien bien élevé. Non c’est pas si rare que ça, ahah ! Et je dis bien « écouter » et non lire, parce que pour moi, lire ces phrases, ça revenait à les écouter parce qu’elles chantent. Elles sont douces et harmonieuses. Il y a comme un doux spleen derrière chacune d’entre elles. Bref, faut le lire pour comprendre et si tu aimes, c’est peut-être un truc de parisien !

La troisième chose que j’ai adorée : WTF, le héros, il fait le même métier que moi !

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoouup. Jamais, je n’ai lu un livre où un personnage était un guide-conférencier. J’ai vu des films où il y en avait, pas forcément très flatteurs pour la profession d’ailleurs. Mais des livres ? Non. Jamais. Pourtant, s’il y a bien un Français, quelque part qui a des trucs à raconter, c’est le guide conférencier ! Je te conseille donc, cher lecteur, de vite devenir ami avec moi un guide si tu veux que tes soirées et après-midi ensoleillées soient embellies de l’Histoire fabuleuse de ton pays 🙂 Pour en revenir au livre, j’ai fortement apprécié que l’intrigue générale soit « piquée » d’aspects propres à la vie du guide-conf’. C’est tellement rare et magique de se sentir personnellement concerné par un roman.

La quatrième chose que j’ai adorée : l’élément perturbateur

LE F****NG SYNDROME DE PARIS ! Élément déclencheur de l’intrigue, et élément déclencheur de ce blog : Guillaume travaille pour une agence dans laquelle il est guide et sa boss se paye une bonne déprime des familles après avoir laissé exploser sa folie toute parisienne au bureau. Le terme est lâché rapidement : elle souffrirait du syndrome de Paris. Je te refais pas mon introspection personnelle que tu peux retrouver ici et . Je te dis juste qu’après ce constat, les héros remodèlent l’agence et partent dans un délire absolument génial afin de « mettre de la joie dans la capitale » : ça concerne tous les clichés délicieux sur Paris, une japonaise instagrameuse aux couleurs de l’arc-en-ciel, les quartiers les plus touristiques de la ville, et L’AMOUR !

Last, but not least : les pépites

Les pépites, pour moi, ce sont les citations. Les petites phrases sur lesquelles tu tombes, tu tiltes, tu poses ton bouquin deux minutes et tu réfléchis au sens de la vie. Le Coeur de Paris en est rempli !!!

Guillaume a compris qu’il était amoureux d’Edie. Et Edie, elle fait des pâtes dégueux. Mais comme il est amoureux, il se ressert et il sort cette réplique que je chéris :

« Tu vois, finalement, […] le truc avec ces pâtes, c’est qu’une fois que tu savoures ce qu’elles sont plutôt que de regretter ce qu’elles devraient être, eh bien, tu y trouves du plaisir.  »

J’avoue que le « Qui veut du Bordeaux ? » qui suit, il est génial aussi. Le « Fermez tous vos g****** » en toute délicatesse. Gnnniiii, j’adore !

Une autre petiote pour la route ? Allez ! Et nous conclurons là-dessus 🙂 Non pas que je n’ai plus rien à dire. Jamais ! Mais plutôt, que je ne veux pas t’empêcher de découvrir et apprécier ce livre merveilleux qui m’a permis de voir les choses autrement. J’espère sincèrement qu’il aura le même effet sur toi.

« C’est ça que je dois dire à mes touristes : ne le cherchez plus, Paris, acceptez-le comme il est, avec gratitude, et il se livrera à vous tout entier. »

Guillaume dans Le Coeur de Paris

Cet article contient des liens affiliés. Pour en savoir plus, cliquez ici

Partage ce contenu !

post a comment